Adrien Missika «Oahu », 2009

Adrien Missika «Oahu », 2009

Le travail d’Adrien Missika se déploie comme une investigation permanente dans les espaces intermédiaires, entre fiction et réalité. Il puise autant dans les registres du décor artificiel que de la bande dessinée, du cinéma fantastique et de la carte postale. Grand voyageur, amateur d’architecture et d’archéologie, Adrien Missika mélange des images rapportées de ses voyages à celles qu’il réalise en studio, à partir de maquettes faites de matériaux de fortune, et d’un éclairage parfois sommaire. En se jouant des attentes et des présupposés du spectateur, l’artiste questionne subtilement nos rapports au monde et à ses représentations.

Pour cette édition, l’artiste s’empare d’un médium particulier et réalise une image de paysage insulaire au crépuscule, photographié en studio à la chambre sur négatif argentique 4 x 5 inches, puis imprimé en héliogravure sur papier.

La photographie est née photogravure dans l’atelier de Nicéphore Nièpce en 1828. L’héliogravure à grain a conservé dans tous ses développements les caractéristiques de la gravure d’art : cuivre, encre, papier. La plaque est rendue photosensible avec une gélatine bichromatée, elle reçoit l’image par insolation, puis est gravée au perchlorure de fer comme on le ferait d’une aquatinte. La plaque ainsi gravée est encrée abondamment puis essuyée à la main de façon à conserver toutes les définitions des plus profondes au plus subtiles.

Ce procédé inventé par Nicéphore Nièpce a été perfectionné par Abel Niepce de Saint-Victor et W.H. Fox Talbot dans la première moitié du 19e siècle. Mise au point par Karl Klietsch en 1878, cette technique de multiplication permet des nuances plus riches que le développement sur papier photographique. Comme le dit Pietro Sarto, l’héliogravure permet de travailler en « trois dimensions » la photographie : celle de la matière, du volume des creux et du type d’encres. La richesse de ses possibilités en avait fait le médium préféré de Edward Steichen et de tous les photographes de Caméra Work.

L’Atelier de Saint-Prex explore depuis 1968 diverses formes de gravure. Le collectif d’artistes ayant comme noyau, Pietro Sarto, Valentine Schopfer et Michel Duplain, a entre autre réalisé des héliogravures de Balthasar Burkhard, Paul Strand ou Edward Steichen.

Description

Edition du Centre d'Art Contemporain Genève produite à l’occasion de l’exposition monographique d’Adrien Missika et gravée à l’Atelier de Saint-Prex en février 2009.

Support

Héliogravure sur papier à la cuve, vélin de Rives 250g, pur chiffon.

Dimensions

57.5 x 45 cm

Edition de 15 exemplaires (+2 H.C. et 3 E.A.), signées et justifiées par l’artiste au dos.

Prix

CHF 1000.

  • All
  • Actuellement
  • A Venir
  • Cinéma Dynamo
  • Expositions
  • Project Space
  • Default
  • Title
  • Date
  • Random
    • A Venir
    • Expositions

    Cally Spooner,
    Drag Drag Solo

    Ouverture tardive et performances
    27.02.18, 18-21h
    +
    • Actuellement
    • Project Space

    Jérôme Baccaglio, En tonnes et en grammes

    19.01 — 18.03.2018
    Vernissage 18.01.18 à 18h
    +
    • Actuellement
    • Expositions

    Cally Spooner
    Drag Drag Solo

    03.02 — 18.03.18
    Vernissage 02.02.18, 18-21h
    +
    • Actuellement
    • Cinéma Dynamo

    Angela Marzullo,
    Homeschooling

    21.02 — 14.03.2018
    Soirée projection 20.02.18 à 19h
    +
    • A Venir
    • Cinéma Dynamo

    Italian Design Day

    06.03.2018, 19h
    Rencontre avec Gionata Gatto & Francesca Lanzavecchia
    +
    • A Venir
    • Cinéma Dynamo

    Mondes parlés/Spoken Worlds
    Rivolta Femminile, K7 – Nov. 14. 72 – FACE A

    09.03.2018, 18h30
    +
    • Cinéma Dynamo

    Mondes parlés/Spoken Worlds
    Frédéric Forte «Youpi. (une lecture)»

    13.03.2018, 18h30
    +
    • A Venir
    • Expositions

    Cally Spooner,
    Drag Drag Solo
    Performances

    17-18.03.18, 15-18h
    +
    • A Venir
    • Expositions

    Nxietin
    Hannah Black, Bonaventure, Ebba Fransén-Waldhör

    30.03 — 22.04.18
    Vernissage 29.03.18, 18h
    +
    • Cinéma Dynamo

    Mondes parlés/Spoken Worlds
    Marie de Quatrebarbes «Tant il est vrai que si peu»

    24.04.2018, 18h30
    suivi d’un apéritif
    +
    • Cinéma Dynamo

    Mondes parlés/Spoken Worlds
    Gilles Furtwängler «Minou. Chaton. Dis-nous ce que tu espères de nous.»

    15.05.2018, 18h30 suivi d’un apéritif
    +
    • A Venir
    • Expositions

    Goran Trbuljak
    Une rétrospective

    30.05 — 19.08.18
    Vernissage 29.05.18, 18h
    +

Inscrivez-vous à notre newsletter